Analyse Technique et Conseils Boursiers

Bilan du mois de novembre

Nous indiquions le mois dernier que le contexte de marché demeurait robuste, et que le cycle présidentiel et les configurations graphiques demeuraient favorables. Cette lecture reste pour l'heure inchangée, d'autant que la période actuelle est souvent propice à un rallye de fin d'année. Il conviendra toute fois de surveiller la décision de politique monétaire de la Réserve Fédérale et de mesure la réaction des investisseurs à celle-ci, bien que les anticipations d'une hausse semblent à présent bien intégrée.

Palmarès des indices

graphe

Du côté des indices boursiers internationaux :


L'élection surprise de Donald Trump a donné lieu à un sursaut de volatilité des places financières au cours de ce mois de novembre. La réaction négative des investisseurs a rapidement été suivie par un revirement de situation, à l'instar du CAC 40 qui a ouvert en baisse de -2,85% le 9 novembre, pour terminer à la clôture sur un gain de +1,49% ! C'est toutefois Wall Street qui a le plus profité de ce résultat, avec de nouveaux records historiques pour le Dow Jones 30 (+5,4%), le S&P 500 (+3,4%) et le Nasdaq Composite (+2,6%). La tendance était plus contrastée en Europe, avec une appréciation modeste du Stoxx 600 (+0,9%) et des écarts conséquents entre la Bourse de Paris (+1,5%) et celle de Madrid (-5%) ou Lisbonne (-4,2%).

Palmarès des secteurs

graphe

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises:

Le secteur des ressources de bases (+10,2%) s'est une nouvelle fois distingué, s'adjugeant +10,2% en novembre et portant à près de 60% sa progression depuis le début de l'année, permettant ainsi d'effacer la chute de -35% en 2015. Eramet (+39%),Vallourec (+19%), ArcelorMittal (+16,1%) et Technip (+8%) ont ainsi profité de cette tendance. L'assurance (+6,3%) et les banques (+4,1%) étaient également prisées des intervenants, à l'image de Société Générale (+14%), Axa (+8%), Crédit Agricole (+8%) et BNP Paribas (+4%). La santé (-6,4%), l'alimentation (-6%) et les médias (-4,8%) faisaient également l'objet de dégagements prononcés. A l'opposé, les services aux collectivités (-7,3%) dont Veolia Environnement (-18%) et Suez (-9%) ont fait l'objet de dégagements prononcés, suivis par les télécoms (-5,5%) et l'alimentation (-4%).

ISM américains

graphe

Du côté des statistiques macroéconomiques :

Outre Atlantique, l'indice ISM manufacturier a confirmé son redressement engagé en septembre, pour s'établir à 51,9 points en octobre. Si le secteur des services a quant à lui ralenti, son rythme d'expansion (54,8 points) reste toutefois supérieur.

Chomâge et emploi américains

graphe

S'agissant du marché du travail, le taux de chômage a reculé de 0,3 point et inscrit un plus bas de neuf ans, pour s'établir à 4,6% en novembre. Le Département du Travail a précisé que 178 000 emplois avaient été créés, un chiffre en ligne avec ce qui était anticipé par les économistes. Cette situation pourrait inciter la Réserve Fédérale à procéder à une hausse des taux, comme l'anticipent dans l'ensemble les observateurs. La décision du comité de politique monétaire, qui se réunira les 13 et 14 décembre, sera étroitement surveillée par la communauté financière.

PMI européens

graphe

Au sein de la zone euro, le sursaut d'activité engagé à la fin de l'été se confirme, la croissance du secteur privé ayant été la plus forte depuis le début de l'année selon les l'enquête mensuelle IHS Markit auprès des directeurs d'achat. Le PMI composite s'est ainsi élevé à 54,1 points, tiré par la progression dans les services (à 54,1 points) et dans le secteur manufacturier (à 53,7 points).


Sentiment économique européen

graphe

La dynamique est également clairement positive s'agissant du moral des acteurs économiques, comme l'indiquent les indicateurs de sentiment calculés par la Commission Européenne. La confiance du consommateur (à -5,8 points) a marqué un plus haut de 18 mois, et le sentiment économique (à 106,5 points) a atteint son meilleur niveau sur un an glissant.

Copper, continuation (H7), New-York, Quotidien

graphe

Du côté des devises et des matières premières :


Sur le forex, le résultat de l'élection présidentielle aux Etats-Unis a donné lieu à un net renforcement du dollar américain. La monnaie unique européenne a ainsi chuté de -3,5%, le franc suisse de -2,8% et le yen de -9,4%. Parmi les grandes devises, seule la livre sterling (+2,3%) parvenait à s'apprécier face au billet vert, après avoir fortement chuté depuis le début de l'année, notamment suite à la victoire du Brexit. Du côté des matières premières, les écarts étaient importants, avec en tête de liste le palladium (+24,8%), le cuivre (+18,6%) et le gaz naturel (+6,6%), et à l'opposé le caco (-13,2%), le café (-10,3%) et l'or (-8,1%).

NOUS SUIVRE
Ethique
Méthodologie d’analyse
Méthodologie de recommandation
Contact
Conditions d'utilisation
Carrières et Formation