Analyse Technique et Conseils Boursiers

Bilan du mois d'octobre

Du côté des indices boursiers internationaux :

graphe

Les grands indices boursiers internationaux poursuivent leur ascension en ce début de période automnale. En effet, 100% d’entre eux finissent en territoire positif. En ce mois d’octobre, c’est l’Asie qui détient les plus grosses performances. En effet les deux premières places reviennent au Nikkei 225 (+8.1%) qui rejoint des niveaux non atteints depuis 1996 et le Shanghai Shenzhen (+4.4%) qui dépasse des niveaux de 2015. En dernière position au mois de septembre, le Hong Kong Hang Seng est lui-même passé en territoire positif (+2.5% contre -1.5%) avec en outre, l’inscription d’un nouveau plus haut historique à 28 798 pts le 19 octobre.

Outre-Atlantique, les indices se portent bien avec une forte progression du Dow Jones 30 (+4.3% contre +2.1%) et du Nasdaq Composite (+3.6% contre +1%). Le S&P 500 (+2.2%) gagne quelques places et se situe maintenant en milieu de classement.

En Europe, l’indice phare de la Bourse de Paris (+3.3%) continue sa progression et se rapproche de niveaux de 2007. Le DAX 30 a également progressé (+3.1%). L’Euro Stoxx 50 poursuit sa progression mais plus lentement (+2.2% contre +5.1% en septembre). La dernière place du classement revient au FTSE MIB (+0.4% contre +4.7%) qui a bien ralenti en ce mois d’octobre. Au Royaume-Uni, le FTSE 100 est passé en territoire positif (+1.6% contre -0.8%) comme il laissait présager en début de mois. 

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises :

graphe

Près de 85% des indices sectoriels européens finissent en territoire positif en ce mois d’octobre (proche des 90% du mois précédent). Après un mois de septembre chaotique (-1.6%), c’est le secteur des ressources de bases qui a connu la plus forte performance en ce mois d’octobre (+5.1%). Cette progression est majoritairement due à ArcelorMittal (+12.78%) et à l’anglo-suisse Glencore (+6.14%). Malgré une chute vertigineuse de Nokia (-16.61%), le secteur de la technologie a continué son ascension (+5%), porté par STMicroelectronics (+23.40%) ou encore Cap Gemini (+5.23%). Le secteur des services aux collectivités s’est vivement retourné à la hausse (+2.6% contre -0.2% en septembre), grâce à EDF (+9.39%), Véolia Environnement (+4%) et Engie (+3.49%). Les secteurs des assurances (+2.9%) et des services financiers (+1.5%) ont ralenti mais restent néanmoins en territoire positif. La dernière position du classement revient au secteur des banques (-1.6% contre +4.8% le mois précédent). Ce passage en territoire négatif est dû au retournement à la baisse de Société Générale (-3.5%), Crédit Agricole (-2.6%) et Bnp Paribas (-1.8%).

Du côté des statistiques macroéconomiques :

graphe

Aux Etats-Unis, l’indice PMI manufacturier, attendu en baisse, a cédé quelques points (-2.1 points) s’établissant maintenant à 58.7 points contre 60.8 le mois précédent. L’indice PMI non manufacturier de l’ISM a pour sa part progressé plus que prévu, il s’est établi à 59.8 contre 55.3 au mois d’août. La publication des chiffres d’octobre paraîtra ce vendredi 03 novembre. Les analystes prévoient une baisse de -1.3 points. Le moral des directeurs d’achat reste bien orienté.

graphe

Sur le marché de l’emploi, les analystes prévoient un taux de chômage inchangé à 4.2% pour le mois d’octobre contre 4.4% au mois d’août. Les chiffres officiels paraitront le vendredi 3 octobre à 13h30. Sur le marché du travail, l’évolution des emplois non agricoles (-33 000 en septembre) sera aussi publiée ce vendredi 03 novembre à 13h30. Les analystes s’attendent à une création de 301 000 nouveaux emplois dans le secteur non agricole pour ce mois d’octobre. Dans ce domaine aussi, les Etats-Unis restent sur une tendance favorable.

graphe

En zone euro, la confiance des directeurs d’achats a suivi des mouvements divers. Le PMI manufacturier s’est établi en hausse à 58.6 points contre 57.8 prévus par les analystes.  En revanche, le PMI des services a reculé à 54.9, ainsi que le PMI Composite qui est revenu à 55.9 alors qu’il était attendu à 56.5 après un niveau de 56.7 en septembre. La dynamique européenne fait une légère pause. 

graphe

Pour le mois d’octobre, l’indice du sentiment économique a progressé pour s’établir à 114 points (contre 113.1 le mois précédent). Il est au plus haut depuis plus de 16 ans. L’indice de confiance du consommateur s’est amélioré avec -1 point contre -1.2 points au mois de septembre. Il reste néanmoins en territoire négatif. 

Du côté des devises et des matières premières :

Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne a pour le deuxième mois consécutif chuté face au dollar (-1.35% à 1,1650$), et se trouve maintenant à proximité d’un important niveau de support à 1.1620$. La livre sterling s’est également dépréciée face au dollar (-0.90% à 1,3280$ avec un plus bas à 1.3030$). Le franc suisse (-2.93% à 1,0023$) et le yen (-1.03%) ont tous les deux chuté.

Du côté des matières premières énergétiques, les cours du pétrole West Texas Intermediate ont gagné +5.24% à 54.38$. Le Brent a également fortement progressé avec une variation de +7.31% et s’inscrivant maintenant à 60.94$. Connus pour se suivre, l’écart entre les deux qualités de pétrole reste une fois de plus assez important en ce mois d’octobre.

Concernant les matières premières agricoles, le maïs est en baisse pour le quatrième mois consécutif (-2.67%) revenant ainsi sur des niveaux de fin 2016. La reprise du blé courant septembre se voit annulée par un mois d’octobre en chute libre (-6.64%). Pour les métaux, le cuivre (+4.94%) et l’argent (+0.38%) se reprennent. Quant à l’or (-0.65%), il se trouve en territoire négatif pour le deuxième mois consécutif.

Les marchés ont poursuivi leur mouvement au mois d’octobre. 2017 restera à ce titre une année exceptionnelle, où le début de l’automne n’aura pas connu la moindre baisse. Les indicateurs économiques sont bien orientés à nouveau partout dans le monde. Les hausses de taux de la réserve Fédérale américaine ont été absorbées sans le moindre problème, et la banque Centrale Européenne a conservé un ton très accommodant. Il est difficile d’envisager autre chose que la poursuite de cette orientation favorable. La seule ombre à ce tableau est qu’il ne semble y avoir aucune raison de se méfier !

NOUS SUIVRE
Ethique
Méthodologie d’analyse
Méthodologie de recommandation
Contact
Conditions d'utilisation
Carrières et Formation